Vous êtes au bord de la noyade

 

Sud Radio, La Minute du Coach.

 

Pablo :  Salut Fabian.

Fabian :  Salut Pablo.

J’espère que nos auditeurs savent nager…
Il paraît qu’ils sont au bord de la noyade.

Certains, sans doute !
Figure-toi que, récemment – je donne des coaching, des Eagle Coaching puisque c’est à la Eagle Academy – j’ai plusieurs patrons d’entreprises qui ne se connaissent absolument pas, ni des lèvres, ni des dents.
L’une est à Bruxelles, l’autre est au Grand Duché de Luxembourg et le troisième à Namur. Ils sont dans des domaines tout à fait différents.
Or, ils sont victimes exactement du même mal. Et j’observe les mêmes symptômes.

Quels sont ces maux ?

En gros : ils chargent trop la barque !
Évidemment, quand on charge trop la barque, la barque peut se renverser et on peut effectivement couler. D’où le titre: “Êtes-vous au bord de la noyade ?”.
Le problème se manifeste sous différents angles.
Le premier point, c’est que les trois personnes ont décidé d’escalader l’Everest, le Mont Blanc, en même temps que de traverser la Manche à la nage.

Avec un sac à dos trop lourd !

Elles ont donc pris des très gros chantiers, en même temps sans sous-traiter, sans déléguer. Moi je dis : “L’Everest, c’est une fois par an.”
Par exemple, il ne faut pas décider de se lancer dans des études supérieures alors qu’on a déjà un travail ; et en plus de divorcer. Ça fait deux gros chantiers sur l’année.
Donc ça, c’est un premier problème.
Le deuxième problème, c’est qu’elles veulent avancer sur tout mais elles n’aboutissent à rien
Il y a quelque temps, j’utilisais la messagerie WhatsApp et j’ai voulu envoyer plusieurs vidéos à la même personne, en même temps. J’ai donc fait le nécessaire puis j’ai laissé mon smartphone de côté. Quand je suis revenu, dix minutes plus tard, tout avait été bloqué, aucune vidéo n’avait été transférée. Et je trouve que la métaphore est intéressante.
Il y avait tellement que l’application n’a simplement pas pu délivrer. Elle était complètement saturée. Comme nous le sommes, comme votre ordinateur peut l’être quand vous ouvrez plusieurs applications en même temps.
Il faut donc apprendre à prioriser, à hiérarchiser et à commettre un certain type de nettoyage.
Je ne suis pas obligé de tout appréhender. Ça, c’est un premier point.
Le deuxième point, et je terminerai là-dessus : j’ai dit aux trois personnes :
“Quand un problème survient, notre tentation la plus grande, la plus vive, c’est de s’en emparer”.
On s’empare du problème et on le traite, et ma foi c’est bien logique. C’est bien légitime.
C’est humain, on est éduqué comme ça, on baigne dans ce type de culture-là.
Un problème survient, on le prend et on le gère. Or, c’est à court terme, sûrement, la meilleure solution mais à moyen et long terme, la pire. Pourquoi ?
Parce que ça veut dire que vous devenez vous-même le mécanisme qui traite le problème.
Or, si, quand le problème survient, plutôt que de vous dire d’emblée “je vais le gérer”, si vous vous dites : “Tiens qu’est-ce que je peux mettre en place qui dorénavant gérera ce type de problématique ?”…
Du coup, pourquoi pas, vous le traitez parce qu’il faut bien, à court terme, que quelqu’un s’en charge. Mais vous prévoyez un système qui va traiter le problème plutôt que de devoir vous le coltiner une prochaine fois. Et une fois encore plus tard … et être ainsi la personne qui éponge, le dépanneur de service.
Est-ce que j’ai été clair?

J’allais te dire merci pour cette enrichissante Minute du Coach. J’espère qu’elle permettra à certains de nos auditeurs et certaines de nos auditrices d’avancer dans leur vie professionnelle, mais pas que !

Mais pas que !
Et surtout, de voler avec les Aigles !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *