Êtes-vous une personne profonde ou superficielle ?

Je ne devrais pas vous écrire ce que je vous écris et encore moins comme je vous l’écris.
Ce n’est pas « vendeur ».

Un bon marketeur, un bon copywriter (celui qui rédige pour vendre) écrit à son prospect
ou client comme s’il s’adressait à Homer Simpson, comme si ledit client n’avait qu’un neurone actif !

Je choisis de m’adresser à vos cellules grises et postule, au contraire, que vous les avez nombreuses ????

Mon ami Pierre Dechamps, chuchoteur, me raconte une leçon donnée à des jeunes qui
apprennent à créer un partenariat avec un cheval, à communiquer avec lui, à développer leur contrôle de soi.

 

Lors d’un exercice, une jeune fille attend à côté de son cheval.

– Tu as fini, demande Pierre.

– Oui répond la jeune fille, je l’ai fait 2 fois déjà.

– Tu en as de la chance. Moi, ça fait 30 ans que je pratique cet exercice et je ne le maîtrise pas encore.

Tout est dit. Et ce tout est très typique de l’époque : vite passer à autre chose. Fragmenter, morceler, saucissonner.

 

Et vous, y-a-t-il des activités que vous creusez en profondeur ? Sans relâche. Inlassablement.
Remettez-vous 100 fois l’ouvrage sur le métier ou faites-vous partie de ceux qui veulent tout tout de suite et décrètent très vite (trop) qu’ils ont fait le tour d’une activité ? Qui picorent, se dispersent ?

Il y a un moment où la dispersion est bienvenue, presque nécessaire. Utile en tout cas. Même à la planète. J’y reviens.

Avant ce moment particulier, se disperser, morceler, fractionner, c’est se donner l’illusion de vivre plus, d’être sur tous les fronts, de ne rien rater.

Or, et là est le hic : le touche-à-tout est un bon à rien. Définitivement. Il n’est pas vivant. Pas vraiment. Il traverse la vie. Il s’en acquitte.

Il survole, il effleure, il batifole.

Il a tout vu mais n’a rien regardé.
Il a tout entendu mais n’a rien écouté.
Il a tout touché mais jamais tressailli.
Il a tout humé mais n’a rien senti.
Il a tout goûté mais n’a rien savouré.

Et il proclame, fier : « On n’va quand même pas s’prendre la tête hein !? »
Surtout quand il s’enfile une médiocrité télévisuelle ou un article relatant les frasques d’une star (ça doit le rassurer de n’en pas être une).

Il pense qu’il pense.

Sur Facebook, il like les citations qui rendent « intelligent ».

S’il veut vous faire plaisir le jour de votre anniversaire, il pose une main sur votre épaule, darde son regard dans le vôtre et, solennel, y va de cette lumineuse saillie (verbale) :
« Surtout, reste qui tu es. Ne change pas. Ne change rien. »

L’illusion de profondeur est parfaite… mais qu’est-ce que c’est pauvre et niais et nigaud.

Si si, surtout CHANGEZ. Ne restez pas comme vous êtes.

« Un homme, a dit Héraclite, ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve. »

Que vous le vouliez ou non, vous changerez donc. Autant canaliser ce changement.
Viser l’excellence. Se dépasser. Se surpasser. Tendre vers ça… tendre en tout cas.

Être superficiel, c’est ne s’intéresser qu’à la surface.
Être superficiel, c’est être médiocre.

Où que tu sois, creuse profondément dit Nietzsche dans « Le gai savoir », à tes pieds se trouve la source.

Nous sommes tous bien plus souvent superficiels et médiocres que profonds et intelligents.

Dans mon métier de formateur et de coach, nombreux sont les exemples de personnes qui cherchent LA formation qui leur permettra, en un temps record et sans effort, de vivre de leurs rentes aux Bahamas.

Comme cette formation n’existe pas, ils passent d’un formateur à l’autre, d’un coach à l’autre, d’un gourou à l’autre.

Ils ne vont au fond de rien si ce n’est de leur déception.

S’ils savaient que la procrastination est aussi coûteuse en temps et énergie que l’action.
S’ils savaient qu’ils vont mourir. Certes, il se savent mortels mais ignorent qu’ils vont mourir.

Leur comportement ne pourrait d’ailleurs se justifier que par-là : l’immortalité.
En-dessous de ça, superficialité et médiocrité ne sont simplement pas admissibles.

Et que l’on ne me ressasse pas que l’imbécile, justement, est le plus heureux. Fadaises.

L’imbécile ne jubile pas. Le sage, si. L’imbécile ne s’émerveille pas. Le sage, si.

Mais mazette, imaginez Monsieur et Mme Médiocre tout d’un coup décidés à mettre la
même énergie à creuser profondément qu’à liker, commenter et partager sur Facebook ?

Eux qui n’ont ni le temps de pratiquer un sport, ni celui de lire, ni de se former,
imaginez ce qu’ils deviendraient s’ils étaient OBSEDES !

Car les grandes vies, les grands destins, de ces destins qui chamboulent la planète des hommes, sont l’apanage de personnes obsédées.

Elles creusent leur sillon.
La profondeur est là. Uniquement, exclusivement là.

Comme Elon Musk.
Comme Martin Luther King.
Comme Gandhi.
Comme Ronaldo.
Comme Yves Saint Laurent.
Comme votre voisine peut-être ou votre arrière-grand-père… ou vous ?

On peut creuser son sillon de façon moins spectaculaire qu’Elon Musk, à une échelle moindre, avec un cercle d’influence moindre. Mais moindre ne signifie pas sans impact.

Superficialité ou profondeur en amitié : avez-vous une multitude de bons copains et/ou quelques amis qui, comme dirait Aristote, se comptent moins dans la vie que les doigts d’une main… et vous rendent meilleur ?

Superficialité ou profondeur dans votre métier : vous enorgueillissez-vous d’être polyvalent ou a contrario, êtes-vous fier d’être un expert ? D’être pointu ? D’être une pointure ?

Et si, en 2020, vous décidiez d’un sillon à creuser. Quels que soient la matière, le thème, le champ ?
Et si, en 2020, vous arrêtiez – si c’est toutefois le cas – de picorer pour nourrir une saine obsession ?

C’est ce que nous devons à la communauté : exploiter notre talent ultime. L’exploiter jusque dans ses tréfonds. Pour le bien commun.

Alors, quand la dispersion est-elle de bon ton ?
Après notre incinération pardi ! Il n’y aura plus rien à creuser. Pas même la terre.

Creusez votre sillon, creusez-le jusqu’à votre dernier souffle.
Alors, vous Volerez avec les Aigles.

 

Ps : à la Eagle Academy, notre obsession est de vous élever. De vous offrir profondeur et excellence.
C’est à la fois une obsession et une intention. J’espère que parfois, nous touchons au but… parfois…

Si vous voulez, par exemple, être formé au Neuromarketing par Romain Bouvet,
un Eagle Coach hors de toute norme, cliquez ici !

Dès le mois de mars, nous ouvrons la 3e édition de l’Executive Master en Neuromarketing !

Vous y apprendrez, en profondeur ( ???? ) :

– À élaborer une stratégie digitale imparable

– À maîtriser LE script de vente parfait, au téléphone ou en face-à-face.

Le bon lien est ici : https://eagleacademy.be/emn-candidature

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *