Archives par auteur Olivier EA

3 conditions impératives pour déléguer !

 

La délégation est LA clef qui permet de transformer une activité en entreprise.
LA clef qui vous transforme vous en stratège… et vous évite des semaines infernales, tantôt au four, tantôt au moulin.

Pour déléguer avec efficacité, je vous invite à vérifier 3 ingrédients.

Ça fonctionne aussi dans votre vie privée… Vous le verrez dans mon exemple :

1. Le QUOI : la personne à qui vous déléguez a-t-elle un objectif précis et concret. Sait-elle exactement quoi faire ?
Exemple : Simon, 18 ans, connaît son objectif : réussir sa session d’examens et obtenir son diplôme de l’enseignement secondaire.

2. Le COMMENT : a-t-elle la capacité ? Sait-elle exactement comment faire pour atteindre l’objectif ?
Exemple : a-t-on appris à Simon comment on apprend ?

3. Le POURQUOI : enfin, possède-t-elle la volonté ? Sait-elle pourquoi il est important d’atteindre ledit objectif ?
Exemple : Simon croit-il qu’il doit réussir pour vous faire plaisir ? Parce que l’école est obligatoire ? Ou pour lui, son propre épanouissement ?

Si ces 3 éléments sont réunis, la personne à qui vous déléguez, ou votre fils Simon, sera autonome. La délégation est donc possible.

Sinon… soignez votre communication !

Mise en garde : le plus souvent, on remarque que le 3e élément est déficitaire. Le manque de volonté est criant.

Et c’est bien à vous de le combler. En utilisant les bons stimuli, les mots qui font mouche.

Or, les mêmes mots ne font pas mouche chez chacun.
Il faut des clés différentes pour ouvrir des serrures différentes.
Donc bien connaître les gens. Donc pratiquer l’empathie.

Trouvez ces clés et vous obtiendrez, de vos collaborateurs,
de votre fils Simon, non pas un « Devoir Faire »
mais bien un « Vouloir Faire » !

Et vous ?

Élément 1 : Votre objectif est-il de décupler vos ventes ?
De transformer votre activité en machine à cash ?

Élément 3 : Votre volonté est-elle celle de St-Georges
allant combattre le dragon ?

Élément 2 : Vous constatez qu’il vous manque des techniques,
les capacités nécessaires pour y arriver…

… Alors, découvrez un programme révolutionnaire fondé
sur les toutes dernières recherches scientifiques :

Eagle Sales Power !
En 5 jours intenses, vous deviendrez un véritable stratège, un as de la persuasion.
Vous maîtriserez toute la séquence de vente : de la stratégie digitale au face-à-face, quand il faut signer le contrat !

J’ai mis plus de 10 ans pour concevoir cette FormACTION unique.
Plus de 10 ans pour trouver les meilleurs experts, les meilleurs Eagle Coachs qui allaient composer ma dream team.

Déposez votre candidature… tant qu’il reste quelques places disponibles !

www.eagle-sales-power.com

J’allais oublier : lors de ce séminaire, nous travaillons sur un 4e élément majeur : QUI !

Qui êtes-vous ?

Avez-vous accès à votre plein potentiel…
… ou est-il verrouillé ?

Si vous avez l’impression d’être cloué au sol, d’être empêché de Voler, soyez l’un des privilégiés qui participera à la 4e édition d’Eagle Sales Power.

Parmi les 15 Eagle Coachs qui vous accompagneront, il y a des experts qui terrasseront vos croyances limitantes.
Briseront vos chaînes. Tout ce qui vous entrave.

Alors, définitivement, vous Volerez…
… avec les Aigles !

Et si vous étiez formé… par une Star de la télé !

 

Regardez Canal + à la rentrée, un soir vers 20h.

Vous y verrez un jeune homme aussi intelligent que sympathique, de coder l’actualité, décrypter les discours des personnages publics, politiques en tête !

Lui-même d’ailleurs, est devenu un personnage public.
Il a carrément sa page dans Wikipédia 🙂

Son nom : Clément Viktorovitch !

 

Le parcours de Clément est brillant :

  • Docteur en science politique (SciencePo Paris)
  • Spécialiste en rhétorique et négociation
  • Maître Praticien en hypnose
  • Enseignant à SciencesPo, l’ÉNA, l’ESSEC, l’Ecole de Guerre
  • Directeur de Politeia, l’Université des Savoirs Politiques
  • Chroniqueur politique sur Canal +

Le 6 décembre 2019, le célèbre magasine « Les Inrockuptibles », lui a consacré une double page :

« Clément Viktorovitch, l’intello qui remet des idées à la télé »

Et le 10 octobre prochain, il sera l’un des Eagle Coachs de notre programme Eagle Sales Power, à Chantilly.

Personnalité atypique, orateur hors du commun, aussi drôle que pointu, Clément a une solide expérience de terrain en matière de persuasion et d'influence.

A Chantilly, il nous dévoilera :

  • Les 7 secrets de la négociation
  • Des techniques simples et faciles pour convaincre en toutes circonstances

Son agenda étant serré, il s’agit de la dernière formation pro qu’il continue d’accepter.

Pour avoir accès à Clément, à moins d’être admis à SciencePo…
… inscrivez-vous Eagle Sales Power 😉

Toutes les infos sont ici :
www.eagle-sales-power.com

Attention : les places se sont envolées cet été…
… et l’étau se resserre pour celles et ceux qui hésitent encore…

Bon Vol avec les Aigles !

Pourquoi devrions-nous vivre en écrivains, même si nous n’écrivons pas ?

 

Eric-Emmanuel Schmitt est un romancier et dramaturge au succès planétaire.

 

« Vivre comme un écrivain, dit-il, c’est vivre une transformation intérieure.

C’est vivre en cherchant à chaque instant dans le réel, ce qu’il y a d’intéressant.

A ne jamais être lassé, à avoir l’impression chaque jour que c’est la première fois.

A se servir de son imagination non pas pour fuir la réalité, mais pour l’explorer.

Pratiquer l’empathie, comprendre le monde du point de vue des autres.

Comprendre ce qui vous arrive du point de vue des autres.

Faire tout ce voyage à l’intérieur de la complexité humaine.

C’est ça vivre en écrivain.

Flaubert disait qu’il faut bien penser pour bien écrire.

Bien écrire, c’est une manière de bien regarder le monde. Une manière de bien vivre.

L’écrivain est passionné.

Quand on est passionné, on ne compte pas son temps.

On a la patience de la passion.

Quand on est passionné, on n’est jamais fatigué.

Quand on est passionné, on recommence.
20 fois, 30 fois, 40 fois.

La patience de la passion est un sel important de l’existence.

L’écrivain, dans son processus créatif, est impliqué à chaque instant. Chaque.

Implication totale quand une idée vous envahit, quand vous rêvassez à cette idée. Que vous la laissez vivre en vous et accrocher les éléments de votre passé.

Implication totale quand vous la transformez en histoire.

Si vous êtes à chaque instant à ce que vous faites, vous ne serez jamais frustré. Vous ne serez jamais en train de penser à ce qui vous reste à faire.

Vous serez toujours dans l’exécution.
Dans l’instant.

Vous serez toujours dans la joie.

Qu’est-ce que c’est la joie ?

C’est le contraire de la tristesse.

La tristesse c’est le rapport au manque.
Il nous manque toujours quelque chose.

Il nous manque d’avoir fini, il nous manque des êtres,
il nous manque du temps, de l’argent.

Il nous manque toujours quelque chose.

La joie c’est le rapport au plein.

Être heureux d’exister. Être heureux de faire.
Être heureux d’accomplir.

Et si vous appuyiez sur la touche « Joie »
et pas sur la touche « Tristesse ».

Et si vous étiez toujours à ce que vous faites et profondément engagé dans ce que vous faites, plutôt que de penser à ce qu’il vous reste à faire ou à ce que vous n’avez pas fait.

On peut être un écrivain heureux.

On peut être un homme heureux. »

 

Si vous partagez le point de vue d’Eric-Emmanuel Schmitt, sans doute devrions-nous nous rencontrer.
Voler ensemble. Un bout de chemin, un bout de ciel.

Et pourquoi pas lors du programme le plus étincelant de la Eagle Academy : Eagle Sales Power.

Il a lieu du 7 au 11 octobre prochain à Chantilly.

Nous y cultivons le jeu au détriment de l’enjeu.
Nous y cultivons la légèreté.
Nous y cultivons la Joie.

Vous voulez Voler avec les Aigles ?

Cliquez ici : www.eagle-sales-power.com

Bon Vol et à bientôt !

Ps : Eric-Emmanuel Schmitt dirige une masterclass pour The Artist Academy. Je recommande et vivement !

Nous recrutons !

 

Si vous connaissez une personne correspondant au profil ci-dessous,

merci de lui transmettre nos coordonnées !

 

Nous offrons :

  • Un environnement luxueux, grandiose.
  • Une équipe motivée, solidaire, aux compétences de Très Haut Niveau.
  • Une rémunération UNIQUEMENT sur base de résultats. L’expérience nous prouve qu’elle est nettement plus élevée que la moyenne du marché !

 

Profil recherché :

– Âge : aucune importance
– Sexe : aucune importance
– Diplômes : aucune importance
– Nationalité : aucune importance
– Compétences : aucune importance
– État d’esprit :

  • Nous ne voulons pas des rêveurs et beaux parleurs qui font preuve d’un enthousiasme fou au début d’un projet, mais qui s’effondrent dès la 1ère difficulté. De ces gens dont le parcours est jonché de projets jamais aboutis et excités à l’idée de commencer autre chose, qu’ils ne finiront pas non plus.
  • Nous cherchons des personnes qui visent l’excellence.
  • Qui sont ouvertes.
  • Coachables.
  • Conscientes de leurs limites et désireuses de les dépasser.
  • Qui ne commencent pas la semaine en disant : « Comme un lundi da ! »
  • Qui ne finissent pas la journée en disant : « Une en moins pour la retraite ! »
  • Qui veulent créer, contribuer, partager.
  • S’élever et élever les autres.
  • Qui ont compris que la pire des choses est de croire qu’on a compris.
  • Qui savent que l’autre pire des choses est de croire qu’on sait.
  • Qui ne blâment pas les autres pour leurs propres échecs.
  • Qui font tout ce qu’elles peuvent pour transformer leur jalousie en admiration.
  • Qui ont soif, qui ont faim, qui veulent explorer chaque millimètre carré de l’existence, sans en laisser une miette.
  • Qui incarnent la règle RER : Rigueur – Engagement – Régularité
  • Qui incarnent la règle REB : Respect – Elégance – Bienveillance
  • Qui soignent le détail, cherchant toujours déjà, avec fièvre, le dernier carat… qui n’est jamais le dernier.
  • Qui sont des AIGLES en puissance !

 

Ah j’oubliais : nous recrutons des… clients…

Pour une FormACTION carrément unique :

www.eagle-sales-power.com

 

Le casting est en cours.

Il ne reste que quelques rôles à distribuer.

Et tous les rôles sont LE premier rôle.

Bon Vol !

Voici comment inverser le processus du vieillissement, selon un célèbre spécialiste

 

Bientôt vous saurez comment inverser le processus du vieillissement !

Mais d’abord, rappelez-vous que le marketeur comble un manque.

Il observe ce que le marché a et ce qu’il veut.
Il comble l’écart.

Il le comble s’il pense de façon indépendante, dit le célèbre auteur Robert Greene.
Il le comble s’il s’adapte rapidement, si son point de vue est unique.

Et le monde, ajoute Greene, grouille de problèmes critiques et d’opportunités pour ces entrepreneurs-là !

Alors ce processus du vieillissement ?
On l’inverse comment ?

J’ai trouvé la réponse dans « Atteindre l’excellence (à contre-courant) », du fameux Robert Green :

« L’esprit conventionnel est passif : il consomme de l’information et la régurgite sous des formes familières. L’esprit redimensionné est actif. Il transforme tout ce qu’il digère en quelque chose de neuf et d’original, il crée au lieu de consommer. »

C’est alors que nous « ranimons consciemment notre élasticité mentale et inversons le processus de vieillissement. »

Vous ranimerez votre élasticité mentale si vous (re)devenez un explorateur.
Car un entrepreneur est un explorateur.

Vous inverserez le processus du vieillissement si vous rallumez votre flamme de créateur.
Car un entrepreneur est un créateur.

Si vous osez quitter le rivage, l’enfer connu, pour aller vers un Paradis qui ne l’est pas.

Si, a contrario, vous vous êtes enfermé dans de vieilles certitudes, vous êtes vieux déjà.

Choisissez : ronronner ou oser les nouvelles idées ?
Vieillir prématurément ou vivre intensément ?

À 75 ans, ma propre mère, psychanalyste, est soudain propulsée par une énergie folle, dévastatrice : elle a… un tout nouveau projet 🙂

Belle leçon. Bel exemple.

 

Je laisse les derniers mots à Monsieur Greene :

« Ce qui tue notre force créatrice n’est ni l’âge ni le manque de talent, mais notre propre attitude.

Nous nous installons dans les certitudes acquises en phase d’apprentissage.

Nous redoutons d’adopter de nouvelles idées, car cela demande des efforts.

Quand nous pensons de façon plus souple, nous prenons des risques : celui d’échouer, de se ridiculiser.

Nous préférons que tout ronronne, au milieu des idées familières et des habitudes intangibles.

Mais nous payons pour cela le prix fort : notre esprit dépérit faute de défis et de nouveauté. »

 

Si vous êtes prêt à inverser le processus, si vous voulez vous emparer d’un nouveau défi, cliquez ici !

Et vous Volerez avec les Aigles.

 

Si vous ne dormez pas bien, vous ne mourrez pas bien.

 

C’est peut-être, ce que vous aurait dit Léonard de Vinci.

Il avait écrit dans son carnet :
« De même qu’une journée bien remplie attire un sommeil paisible, de même une vie bien remplie attire une mort paisible. »

Une vie bien remplie est sans doute une vie qui répond à l’appel de votre vocation.

« Vocation » justement, du latin vocare, « appeler ».

Si votre vocation est d’être un entrepreneur.
Si vous vous faites confiance.
Si vous laissez s’exprimer votre nature profonde, sans chercher à vous conformer au regard des autres.
Si vous tombez le masque.

Contactez-nous.
Notre mission, notre obsession, est d’aider les entrepreneurs à devenir meilleurs.

Nous leur fournissons des outils scientifiquement validés pour élaborer leur Stratégie de marketing et de vente.

Et les résultats sont bien souvent spectaculaires.

Vous voulez en savoir plus ?

Il suffit de nous contacter par email : info@eagleacademy.be

Nous fixerons ensemble un rendez-vous téléphonique pour parler de votre projet, de votre situation, de votre objectif.

Bon Vol avec les Aigles !

 

Ps : si vous voulez absolument faire appel à votre intuition pour pérenniser votre entreprise, pour scaler votre activité (passer à une échelle supérieure), pour atteindre des résultats stratosphériques…
… NE NOUS APPELEZ SURTOUT PAS.

Nous vous aidons à créer des process, un système, aux résultats prédictifs.

Dans un restaurant même pas étoilé, on respecte les recettes. Strictement.

L’improvisation n’a pas sa place.

A bientôt ?

Vous êtes 1 imbécile !

 

J’ai entendu Luc Ferry dire que le mot « imbécile » signifie celui qui n’a pas la béquille.
Du Latin « bacillus », bâton.

Et la béquille est celle de la connaissance.

L’imbécile serait donc celui à qui il manque la béquille de la connaissance.

Et dans ce cas… nous sommes tous des imbéciles 😊

Si vous vous sentez comme ça dans le domaine du marketing et de la vente, cliquez ici.

Dans quelques semaines, votre Stratégie digitale fera mourir d’envie vos concurrents, incapables de vous copier.

Dans quelques semaines, vous serez une Star de la vente et de la négociation.

Bon Vol avec les Aigles !

 

 

Ainsi parlait Zarathoustra : découverte d’un fragment inédit du livre majeur de Nietzsche !

 

C’est curieusement à La Chapelle-en-Serval, près de Chantilly, qu’un amateur de belles lettres a découvert un texte inconnu du philosophe allemand : Friedrich Nietzsche.

Le voici en exclusivité !

La solitude du mouton monocolore

Un jeune berger était assis sur une pierre, grattant du bout du pied la terre. Il jetait de temps en temps un œil vers le ciel, soupirait, grattait encore.

Apparut Zarathoustra.

Cette terre que tu malmènes semble peser bien lourd sous toi.

« Zarathoustra ! » s’exclama le jeune berger.

Je me sens si seul et méprisable, traînant mon bâton, entraînant mon troupeau. Cette vallée me lasse tant.

Regarde ce chêne, dit Zarathoustra.

Vois comme il s’élance seul vers les cieux.
Vois comme il va vers le tonnerre et l’éclair.
Vois comme il veut transpercer les nuages, lui qui ignore tout ce qu’ils lui cachent.
N’est-il pas courageux, n’est-il pas fier ?

Il est chêne et je suis berger, déclara le jeune homme, affaissé sur la pierre.

Veux-tu lui emboîter le pas, dit Zarathoustra ? Veux-tu savoir d’où il tient son courage et sa grâce malgré sa taille et son poids ?

Ô oui je le veux, supplia le jeune berger, soudain redressé.

L’Aigle est son professeur chuchota Zarathoustra. Il lui montre la voie.

Mais l’Aigle est seul. Mais l’Aigle est à la merci des vents et des tempêtes.
Mais l’Aigle est si haut qu’il en devient invisible.

Ainsi parla le jeune berger.

Au début de l’automne, dit Zarathoustra, 15 Aigles se réunissent au cœur d’une luxuriante forêt. De minuit à midi plein, ils guident les aiglons vers leur Envol.

Voler comme un Aigle et rester seul encore, gémit le berger.

Mon ami, dit Zarathoustra, tes moutons eux sont bien seuls, qui bêlent et ne distinguent pas même leur bêlement pleurnichard du bêlement du voisin.
Ton troupeau est un amas de solitudes. Un leurre. Un chausse-trappe.
Tes moutons sont monocolores.
Toi-même, tu ne les gardes que pour les tondre.

Tandis que l’Aigle, lui qui les aime, leur offre de Plus Hauts Alpages, de plus verts pâturages. De danser sur les cimes, de cueillir la fleur de jouvence éternelle, quand chaque instant est si merveilleux qu’il est à lui seul l’éternité.

Le mouton est bien seul dans sa vallée, monocolore, te dis-je, et sans âme.

L’Aigle ne l’est jamais.

Il reconnaît ses pairs. Il les sait présents. Proches. Du même sang.

Ensemble, ils acclament le Soleil qu’eux seuls, peuvent regarder de face. Ils embrassent le ciel.
Ensemble, ils voient les moutons serrés trop près, mangeant le sol qu’ils martèlent, succombant sous la graisse. Les entendent à peine. Des points immobiles dans un paysage de verdure. Pas tout à fait blancs. Insipides.

Si je rejoins ces 15 Aigles, Zarathoustra, je Volerai ?

Je Volerai alors ?

D’abord tu marcheras, dit Zarathoustra, frappant du talon la terre.

Et je Volerai alors ?

Puis, tu ne sentiras plus que la pointe de ton pied effleurant la terre que déjà tu ne grattes plus.

Et je Volerai alors ?

Tu ressentiras la douleur du nouveau-né qui pleure la dent qui lui pousse. Mais toi, jeune berger, tu riras de la douleur des Ailes qui dans le dos te poussent. Tu célébreras cette douleur. Tu chanteras cette douleur. Tu te surmonteras.

Et je Volerai alors, supplia le jeune berger.

Alors tu Voleras.

Ainsi parlait Zarathoustra.

Si vous voulez suivre les traces de ce jeune berger, le chemin commence ici.

Bon Vol !

L’art de la subtilité

 

Sud Radio, la Minute du Coach.

 

Pablo :  Fabian, salut !

Fabian :  Salut Pablo !

Bienvenue pour ce nouveau rendez-vous Minute du Coach sur
Sud Radio, qui porte le titre de l’art de “l’Art de la Subtilité”.
En d’autres termes ?

Je m’insurge souvent contre les généralisations.Hier quelqu’un me soutenait que : “les politiciens c’est des cons”. J’ai beaucoup de mal avec ce genre de propos.
Un jour, un philosophe et un homme de la rue se promènent dans les collines. L’homme de la rue dit, en voyant un troupeau de moutons : “Tiens, ces moutons sont tondus.”, et le philosophe réplique: “Oui, de ce côté.”
C’est ça la subtilité.
Il y a ce qu’il voit : des moutons tondus, et il y a ce qu’il ne voit pas : l’autre côté des moutons dont on ne sait s’ils sont tondus ou non.

La face cachée de l’iceberg.

Par exemple.
Est-ce que tous les politiciens sont cons ? Franchement j’ai un sérieux doute…

Il y en a quelques-uns… Rassures-nous !

On a déjà discuté des cons ici et j’ai même dit qu’il convenait de les aimer car nous étions tous con à de nombreuses reprises.
On est plus souvent con, à mon sens, qu’on ne l’est pas.
On est con dès qu’on est dans un champ référentiel qu’on ne maîtrise pas. En gros quelqu’un qui cherche son chemin en voiture, il ralentit, il ne met pas son cligno au moment opportun et pour ceux qui sont derrière c’est insupportable : c’est le con de service.
Celui qui n’a jamais été dans ce cas de figure, qu’il m’appelle et je lui offrirai un très joli cadeau.
Quoi qu’il en soit, je trouve crispant que l’on généralise et que l’on s’empare de formules toutes faites, de proverbes, de phrases issues de je ne sais quel fil d’actualité de Facebook ou autres.
Ça m’agace.
Alors ce que je vous propose c’est déjà de comprendre que pour être subtil il convient de maîtriser un certain vocabulaire.
Comment fait-on pour enrichir son vocabulaire et à quoi ça sert ?
Première chose: moins il y a de vocabulaire, plus il y a de violence.
Et plus il y a de vocabulaire, mieux je pense, mieux je peux raffiner ma pensée, donc mon propos, puisque j’ai plus de mots qui me permettent le détail, la spécificité, la nuance, la subtilité.
Ce que je vous recommande à tous, chers auditeurs, c’est bien sûr de lire, de lire abondamment. Et quand vous ne comprenez pas un mot, ma foi, cherchez-en la signification.
Et je propose ce jeu : tous les jours vous piochez un mot où que ce soit, dans un dictionnaire ou ailleurs, vous en retenez la définition et vous tâchez de le placer à plusieurs reprises dans vos conversations.
Comme ça vous allez l’imprimer et dans un an exactement vous aurez 365 nouveaux mots à votre disposition.
C’est pas joli ça ?

 

 

 

 

Avez-vous un gros… ?

 

Sud Radio, la Minute du Coach.

 

Pablo :  Bonjour Fabian. Bienvenue à toi pour ce nouveau rendez-vous Minute du Coach, sur Sud Radio.
Alors je vais te poser une question : est-ce que tu as un gros …
Non, on ne va pas choquer les auditeurs…
Est ce que tu as un gros … Vas-y, développe !

Fabian :  Cher Pablo, chers auditeurs.

C’est le teaser, c’est pour attirer l’attention.

En tout cas, je peux te dire Pablo et je vous le dis à vous tous aussi : ça y est, je l’ai débusqué, je l’ai découvert, je le tiens !
Même s’il s’échappe toujours, je connais le criminel, je connais la cause de la plupart de nos maux, Pablo, notre ego.

Parce que tu l’as découvert ou parce qu’on te la dit ?

Parce que j’ai beaucoup cherché, j’ai beaucoup lu, je me suis beaucoup formé et je me suis beaucoup inspecté, introspecté.
Pour me rendre compte que, finalement… J’aime à dire aux chefs d’entreprise qui suivent mes programmes, par exemple – vous n’êtes peut-être pas chef d’entreprise si vous écoutez cette chronique, mais vous êtes chef de votre propre entreprise, votre vie est une entreprise – je leur dis, régulièrement : “les limites d’une entreprise sont celles de son dirigeant.”
Les limites de votre vie sont donc fatalement vos limites personnelles, ça va sans dire.
Quand je pense à l’ego, je pense évidemment à l’ego quand il est surdimensionné, même si l’homme de la rue
conçoit que c’est parce que des sportifs célèbres ont un ego surdimensionné. Je pense à Ronaldo, à Ibrahimovic, des joueurs comme ça, très charismatiques.

C’est le cas aussi de beaucoup de chanteurs, d’acteurs.
D’ailleurs, avoir un ego surdimensionné, c’est un peu le propre de l’artiste.

En tout cas, sans cet ego, il peut à mon sens difficilement se produire devant une masse de gens.
Par contre, ce que l’on ignore le plus souvent, c’est qu’un ego enflé, surdimensionné, ça peut aussi être un ego qui dit tout l’inverse de “je me sens supérieur aux autres”, mais qui peut dire “je me sens tout à fait inférieur, ma vie est nulle, je n’arriverai jamais à rien.”
Là encore, on est dans le surdimensionnement.
De quoi parle-t-on ? De l’histoire que nous nous racontons autour de l’expérience.
L’ego, c’est ça.
Ce n’est pas l’expérience que vous vivez, c’est l’histoire que vous vous racontez.
Et plus vous vous la racontez, cette histoire, plus vous renforcez l’ego.
Je le dis de nouveau : dans un sens ou dans l’autre.
Alors, c’est pas forcément gênant, si votre ego est comme ma jument, Kenza. Pourquoi ? Ça peut sembler complètement incongru d’évoquer un cheval dans cette chronique.
Simplement, Kenza c’est une puissance de feu proprement inouïe, un déchaînement de puissance quand je le lui demande. Mais dès que je lui demande d’aller au pas calmement, elle en est tout à fait capable et c’est ok.
Donc un ego maîtrisé, exactement comme ma jument peut l’être, sera une grande aide pour vous.
Si votre ego ne vous aide pas, changez l’histoire que vous racontez au travers de l’expérience.
J’ai un exemple.

C’est quoi ? C’est une prise de conscience et puis savoir canaliser aussi cet ego ?

Oui et ça impliquera de facto une prise de recul, une prise de distance par rapport à vous-même.
On dit alors qu’on se met en méta-position. “Méta”, du grec “hors de”. On se regarde fonctionnant.

Est-ce qu’on peut prendre aussi de la hauteur comme les aigles ?

Oui. Alors je n’ai pas fini. Je vais quand même donner un exemple.
Rafael Nadal, typiquement un énorme ego, sinon il n’aurait pas remporté autant de tournois du Grand Chelem.
Mais, l’éducation de Rafael Nadal.
Il a été éduqué par une famille dans laquelle on disait : il vaut mieux que tu sois une bonne personne plutôt
qu’un bon joueur. Donc autant vous allez le voir comme un lion rugissant sur un court, autant en dehors du court, l’homme est redoutablement humble, à l’écoute, au service des autres.
Il est même assez trouillard, d’ailleurs. Il a peur de conduire sa voiture, il a peur des chiens.
Donc il a canalisé son ego grâce à un entourage qui était bienveillant.
Si vous n’avez pas d’entourage bienveillant, soyez la bienveillance pour vous-même et volez avec les Aigles.