EXCLUSIF : le dialogue perdu de Platon !

EXCLUSIF : nous avons retrouvé le dialogue perdu de Platon !

Rédigé en l’an 347 av. J.-C., soit quelques temps avant la mort de son auteur, ce dialogue nous éclaire enfin sur l’art de la persuasion.

En voici un court extrait.

 

« Socrate chemine paisiblement dans les rues joyeuses d’Athènes, lorsque l’un de ses disciples l’accoste avec chaleur.

Aristodème : Socrate, j’ai rencontré Protagoras.
Il prétend que l’art de la persuasion est inné.
Qu’il ne peut être appris.

Socrate : Protagoras ! Lui qui proclame que l’homme est la mesure de toute chose, doit donc parler au nom de lui-même pour lui-même.

Mais toi, cher Aristodème, depuis quand suis-tu mon enseignement ?

Aristodème : Depuis bientôt 6 mois Socrate.

Socrate : Est-il raisonnable de dire qu’il y a 6 mois, ta capacité à raisonner, à ordonner ta pensée, était médiocre ?

Aristodème : Il est raisonnable de le dire en effet, Socrate.
A ton contact, j’ai appris, j’ai changé, j’ai grandi.

Ma pensée était égarée dans une brume épaisse.
Une poupée désarticulée.

Je perçois aujourd’hui un léger rai de lumière.

La poupée gagne en élégance.

Socrate : Je salue ces progrès comme ton lyrisme !

Imagine alors que nous prenions, au hasard, un jeune athénien, qui n’y connaît rien dans l’art de la persuasion. Mais qui a très envie de l’apprendre.

Imagine qu’il soit en compagnie de Platon, Xénophon, Diotime, Eschine, Euclide, le bel Alcibiade…
Disons 15 maîtres magistraux dans l’art de la persuasion.

Imagine que ces 15 maîtres l’accueillent dans un endroit sublime où tout est pensé pour la transmission de l’art de la persuasion. Tout dis-je.
Jusqu’à la moindre collation.

Imagine que cette joyeuse compagnie soit réunie durant 5 jours.
Qu’ils travaillent et échangent et partagent durant 15, 18, 20 heures par jour.

Ce jeune athénien ne serait-il pas transformé, métamorphosé ?

Ne serait-il pas, à son tour, un maître en persuasion ?

Aristodème : Assurément Socrate. Il serait un autre homme !
Je voudrais, moi aussi, vous rejoindre 5 jours durant
dans ce lieu formidable ! Existe-t-il Socrate ?

Socrate : Il existe Aristodème. Près de Lutèce. Paris si tu préfères.
Il ouvrira ses portes du 7 au 11 octobre prochain.
Il ne reste plus que quelques chambres… même si l’on n’y dort pas beaucoup !

Aristodème : Socrate, quelle merveilleuse nouvelle !
En seras-tu ? Seras-tu l’un des maîtres ?

Socrate : Triple buse : je suis un peu trop mort pour ça.
Mais rassure-toi, les maîtres choisis sont des exceptions.
Des femmes et des hommes de haute valeur, qui cultivent la Force, la Sagesse et la Beauté.

Aristodème : Ne vont-ils pas me formater cher Socrate ?
Ne serais-je pas un petit soldat de la persuasion qui ânonne un script ?

Socrate : Bien au contraire Aristodème.

Un jour, un artiste du nom de Michel-Ange, dira qu’il se contente d’enlever la pierre autour des anges.

Tel est le rôle du maître, Aristodème.

Inspiré par la maxime célèbre de Pindare,
« Deviens ce que tu es », il te révèle à toi-même.

Toutes les informations sont ici : www.eagle-sales-power.com

Hâte-toi surtout de déposer ta candidature.

Entretemps, veux-tu m’accompagner ? Je rejoins Apolodore chez Agathon qui organise un banquet.

J’ai bien envie d’y aborder le thème de l’amour tiens… »

 

Bon Vol avec les Aigles,

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *