Archives par mois de publication: août 2020

Les conseils d’un instructeur d’unités d’élite pour traverser la crise !

 

Si vous avez déjà eu envie de pratiquer un sport de combat, ou si vous en pratiquez un, vous adorerez écouter Emmanuel Ayache.

Sinon… vous adorerez quand même 😉

Emmanuel est instructeur en krav maga.
Son niveau est extrêmement élevé, rare, quasi unique au monde.

Emmanuel est aussi entrepreneur.

Dans cette interview, « Krav maga et entrepreneuriat : même combat ? »,
il vous livre ses secrets :

  • Comment un combattant surmonte une crise ou la traverse ?
  • Comment l’entrepreneur peut lui emprunter son état d’esprit pour la traverser à son tour ?

Regardez Emmanuel, écoutez-le :

Vous remplirez votre réservoir d’énergie pour un bon moment 🙂

Bon Vol avec … un Aigle 😉

 

Si vous ne dormez pas bien, vous ne mourrez pas bien.

 

C’est peut-être, ce que vous aurait dit Léonard de Vinci.

Il avait écrit dans son carnet :
« De même qu’une journée bien remplie attire un sommeil paisible, de même une vie bien remplie attire une mort paisible. »

Une vie bien remplie est sans doute une vie qui répond à l’appel de votre vocation.

« Vocation » justement, du latin vocare, « appeler ».

Si votre vocation est d’être un entrepreneur.
Si vous vous faites confiance.
Si vous laissez s’exprimer votre nature profonde, sans chercher à vous conformer au regard des autres.
Si vous tombez le masque.

Contactez-nous.
Notre mission, notre obsession, est d’aider les entrepreneurs à devenir meilleurs.

Nous leur fournissons des outils scientifiquement validés pour élaborer leur Stratégie de marketing et de vente.

Et les résultats sont bien souvent spectaculaires.

Vous voulez en savoir plus ?

Il suffit de nous contacter par email : info@eagleacademy.be

Nous fixerons ensemble un rendez-vous téléphonique pour parler de votre projet, de votre situation, de votre objectif.

Bon Vol avec les Aigles !

 

Ps : si vous voulez absolument faire appel à votre intuition pour pérenniser votre entreprise, pour scaler votre activité (passer à une échelle supérieure), pour atteindre des résultats stratosphériques…
… NE NOUS APPELEZ SURTOUT PAS.

Nous vous aidons à créer des process, un système, aux résultats prédictifs.

Dans un restaurant même pas étoilé, on respecte les recettes. Strictement.

L’improvisation n’a pas sa place.

A bientôt ?

Mon arrière-grand-père, héros de guerre ordinaire

 

Pour moi, , Alfred Dufrasne était un vieux monsieur, un vieux monsieur à la voix rauque éternellement calé dans un fauteuil en cuir, à gauche en entrant dans son salon, rue du Joncquois à Mons.

Je savais qu’il avait été commissaire de police.
Il y avait cette belle photo de lui, tendu dans son uniforme, gaullien.

J’ignorais qu’il avait défié les Nazis.

Son arme ?
Pas ce sabre d’apparat dont j’ai « hérité ».

Mon arrière-grand-père fabriquait des faux-papiers.

Un jour, il choisit pour prénom et nom : Yvon Pierte.
Prononcez-les en wallon de chez moi et ça donne : Y vont piert’

Traduction : ils vont perdre.

Il aurait pu être fusillé.

Son arme donc : l’humour.

Et l’humour, parfois, commande le courage.
Cette vertu magnifique, la 1ère dit Churchill, qui détermine toutes les autres.

Une vertu cardinale dit Platon.

Le juste milieu entre la témérité et la couardise, dit Aristote, précisant que le courage s’apprend.

La vertu qui combat la peur. La met au tapis.
Avec élégance.

Il ne me reste presque rien de lui.
Un sabre rouillé.
Quelques anecdotes qui s’effacent doucement.
Sa voix. Je crois. Sa joue rêche, rarement rasée de près.

Et cet Yvon Pierte.
Magnifique Yvon Pierte.
Admirable Yvon Pierte.

Quand le courage me manque, je pense à mon arrière-grand-père.

Sans doute, il Volait avec les Aigles et ne le savait pas.

Bon Vol .

 

Ps : le courage, nous le cultiverons aussi à Chantilly.
Du 7 au 11 octobre prochain, la FormACTION Eagle Sales Power ouvrira ses portes pour la toute dernière fois.

Plus que jamais, nous devons bénéficier d’une Stratégie digitale imparable.
De techniques de vente imparables.

Je vous les offre sur un plateau.
Je vous offre les Meilleurs Coachs.
15 Eagle Coachs d’exception.

Tout est dit ici :

www.eagle-sales-power.com

Vous êtes 1 imbécile !

 

J’ai entendu Luc Ferry dire que le mot « imbécile » signifie celui qui n’a pas la béquille.
Du Latin « bacillus », bâton.

Et la béquille est celle de la connaissance.

L’imbécile serait donc celui à qui il manque la béquille de la connaissance.

Et dans ce cas… nous sommes tous des imbéciles 😊

Si vous vous sentez comme ça dans le domaine du marketing et de la vente, cliquez ici.

Dans quelques semaines, votre Stratégie digitale fera mourir d’envie vos concurrents, incapables de vous copier.

Dans quelques semaines, vous serez une Star de la vente et de la négociation.

Bon Vol avec les Aigles !

 

 

Ainsi parlait Zarathoustra : découverte d’un fragment inédit du livre majeur de Nietzsche !

 

C’est curieusement à La Chapelle-en-Serval, près de Chantilly, qu’un amateur de belles lettres a découvert un texte inconnu du philosophe allemand : Friedrich Nietzsche.

Le voici en exclusivité !

La solitude du mouton monocolore

Un jeune berger était assis sur une pierre, grattant du bout du pied la terre. Il jetait de temps en temps un œil vers le ciel, soupirait, grattait encore.

Apparut Zarathoustra.

Cette terre que tu malmènes semble peser bien lourd sous toi.

« Zarathoustra ! » s’exclama le jeune berger.

Je me sens si seul et méprisable, traînant mon bâton, entraînant mon troupeau. Cette vallée me lasse tant.

Regarde ce chêne, dit Zarathoustra.

Vois comme il s’élance seul vers les cieux.
Vois comme il va vers le tonnerre et l’éclair.
Vois comme il veut transpercer les nuages, lui qui ignore tout ce qu’ils lui cachent.
N’est-il pas courageux, n’est-il pas fier ?

Il est chêne et je suis berger, déclara le jeune homme, affaissé sur la pierre.

Veux-tu lui emboîter le pas, dit Zarathoustra ? Veux-tu savoir d’où il tient son courage et sa grâce malgré sa taille et son poids ?

Ô oui je le veux, supplia le jeune berger, soudain redressé.

L’Aigle est son professeur chuchota Zarathoustra. Il lui montre la voie.

Mais l’Aigle est seul. Mais l’Aigle est à la merci des vents et des tempêtes.
Mais l’Aigle est si haut qu’il en devient invisible.

Ainsi parla le jeune berger.

Au début de l’automne, dit Zarathoustra, 15 Aigles se réunissent au cœur d’une luxuriante forêt. De minuit à midi plein, ils guident les aiglons vers leur Envol.

Voler comme un Aigle et rester seul encore, gémit le berger.

Mon ami, dit Zarathoustra, tes moutons eux sont bien seuls, qui bêlent et ne distinguent pas même leur bêlement pleurnichard du bêlement du voisin.
Ton troupeau est un amas de solitudes. Un leurre. Un chausse-trappe.
Tes moutons sont monocolores.
Toi-même, tu ne les gardes que pour les tondre.

Tandis que l’Aigle, lui qui les aime, leur offre de Plus Hauts Alpages, de plus verts pâturages. De danser sur les cimes, de cueillir la fleur de jouvence éternelle, quand chaque instant est si merveilleux qu’il est à lui seul l’éternité.

Le mouton est bien seul dans sa vallée, monocolore, te dis-je, et sans âme.

L’Aigle ne l’est jamais.

Il reconnaît ses pairs. Il les sait présents. Proches. Du même sang.

Ensemble, ils acclament le Soleil qu’eux seuls, peuvent regarder de face. Ils embrassent le ciel.
Ensemble, ils voient les moutons serrés trop près, mangeant le sol qu’ils martèlent, succombant sous la graisse. Les entendent à peine. Des points immobiles dans un paysage de verdure. Pas tout à fait blancs. Insipides.

Si je rejoins ces 15 Aigles, Zarathoustra, je Volerai ?

Je Volerai alors ?

D’abord tu marcheras, dit Zarathoustra, frappant du talon la terre.

Et je Volerai alors ?

Puis, tu ne sentiras plus que la pointe de ton pied effleurant la terre que déjà tu ne grattes plus.

Et je Volerai alors ?

Tu ressentiras la douleur du nouveau-né qui pleure la dent qui lui pousse. Mais toi, jeune berger, tu riras de la douleur des Ailes qui dans le dos te poussent. Tu célébreras cette douleur. Tu chanteras cette douleur. Tu te surmonteras.

Et je Volerai alors, supplia le jeune berger.

Alors tu Voleras.

Ainsi parlait Zarathoustra.

Si vous voulez suivre les traces de ce jeune berger, le chemin commence ici.

Bon Vol !

EXCLUSIF : le dialogue perdu de Platon !

EXCLUSIF : nous avons retrouvé le dialogue perdu de Platon !

Rédigé en l’an 347 av. J.-C., soit quelques temps avant la mort de son auteur, ce dialogue nous éclaire enfin sur l’art de la persuasion.

En voici un court extrait.

 

« Socrate chemine paisiblement dans les rues joyeuses d’Athènes, lorsque l’un de ses disciples l’accoste avec chaleur.

Aristodème : Socrate, j’ai rencontré Protagoras.
Il prétend que l’art de la persuasion est inné.
Qu’il ne peut être appris.

Socrate : Protagoras ! Lui qui proclame que l’homme est la mesure de toute chose, doit donc parler au nom de lui-même pour lui-même.

Mais toi, cher Aristodème, depuis quand suis-tu mon enseignement ?

Aristodème : Depuis bientôt 6 mois Socrate.

Socrate : Est-il raisonnable de dire qu’il y a 6 mois, ta capacité à raisonner, à ordonner ta pensée, était médiocre ?

Aristodème : Il est raisonnable de le dire en effet, Socrate.
A ton contact, j’ai appris, j’ai changé, j’ai grandi.

Ma pensée était égarée dans une brume épaisse.
Une poupée désarticulée.

Je perçois aujourd’hui un léger rai de lumière.

La poupée gagne en élégance.

Socrate : Je salue ces progrès comme ton lyrisme !

Imagine alors que nous prenions, au hasard, un jeune athénien, qui n’y connaît rien dans l’art de la persuasion. Mais qui a très envie de l’apprendre.

Imagine qu’il soit en compagnie de Platon, Xénophon, Diotime, Eschine, Euclide, le bel Alcibiade…
Disons 15 maîtres magistraux dans l’art de la persuasion.

Imagine que ces 15 maîtres l’accueillent dans un endroit sublime où tout est pensé pour la transmission de l’art de la persuasion. Tout dis-je.
Jusqu’à la moindre collation.

Imagine que cette joyeuse compagnie soit réunie durant 5 jours.
Qu’ils travaillent et échangent et partagent durant 15, 18, 20 heures par jour.

Ce jeune athénien ne serait-il pas transformé, métamorphosé ?

Ne serait-il pas, à son tour, un maître en persuasion ?

Aristodème : Assurément Socrate. Il serait un autre homme !
Je voudrais, moi aussi, vous rejoindre 5 jours durant
dans ce lieu formidable ! Existe-t-il Socrate ?

Socrate : Il existe Aristodème. Près de Lutèce. Paris si tu préfères.
Il ouvrira ses portes du 7 au 11 octobre prochain.
Il ne reste plus que quelques chambres… même si l’on n’y dort pas beaucoup !

Aristodème : Socrate, quelle merveilleuse nouvelle !
En seras-tu ? Seras-tu l’un des maîtres ?

Socrate : Triple buse : je suis un peu trop mort pour ça.
Mais rassure-toi, les maîtres choisis sont des exceptions.
Des femmes et des hommes de haute valeur, qui cultivent la Force, la Sagesse et la Beauté.

Aristodème : Ne vont-ils pas me formater cher Socrate ?
Ne serais-je pas un petit soldat de la persuasion qui ânonne un script ?

Socrate : Bien au contraire Aristodème.

Un jour, un artiste du nom de Michel-Ange, dira qu’il se contente d’enlever la pierre autour des anges.

Tel est le rôle du maître, Aristodème.

Inspiré par la maxime célèbre de Pindare,
« Deviens ce que tu es », il te révèle à toi-même.

Toutes les informations sont ici : www.eagle-sales-power.com

Hâte-toi surtout de déposer ta candidature.

Entretemps, veux-tu m’accompagner ? Je rejoins Apolodore chez Agathon qui organise un banquet.

J’ai bien envie d’y aborder le thème de l’amour tiens… »

 

Bon Vol avec les Aigles,