A bas les systèmes !

 

Sud Radio, la Minute du Coach.

 

Pablo :  Bonjour Fabian.

Fabian :  Bonjour Pablo.

Bonjour à tous.
Fabian vient de me glisser il y a quelques secondes à peine le thème de la Minute du Coach de ce jour : A bas les systèmes !
Ou le système ?

À bas les systèmes, Pablo.
Je veux descendre en rue avec mes banderoles et dire “À bas les systèmes !”.

Ça m’étonnerait, ça ne te ressemble pas du tout.

J’en ai ras la frange des systèmes !
Qu’est-ce que j’entends par “systèmes” ?
J’avais un metteur en scène, Vincent, qui se reconnaîtra si toutefois il écoute cette chronique, qui traquait les systèmes des acteurs.
Par exemple, si tu répétais une scène une, deux, trois fois et qu’à chaque fois tu disais exactement la même chose de la même manière, … et qu’à chaque fois tu disais exactement la même chose de même manière, … et qu’à chaque fois tu disais exactement la même chose de même manière … Comme je viens de la faire, …

Oui mais ça c’est “à bas les systématismes”.

C’est la même chose. Lui parlait d’un système. C’est à dire que j’ai été figer des mots sur une partition, sur des notes et je les ressers exactement de la même manière chaque fois qu’on me le demande. J’appuie sur le bouton.
C’est dire que je ne le réinvente pas.
Exactement de la même manière que le premier baiser à l’être aimé a une saveur toute particulière qui risque fort de se dissoudre au fil des heures, des jours, des semaines, des mois, des années et de ne plus devenir que des lèvres qui se collent sans intention, sans harmonie, sans ardeur.
Je trouve ça extrêmement dommage que l’on oublie de se réinventer dans les mots et dans les gestes, que l’on ait des systèmes.
Du genre vous rencontrez quelqu’un en rue et puis, soudain, on ne sait plus quoi se raconter, ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vu… L’un des deux dira, système oblige : “Bon, on va aller voir, hein.”
Ça, c’est un système. Un système exaspérant mais un système quand même.

Et lorsque, hier, j’ai salué mes collègues à la radio en leur disant “comment ça va ?” et lorsqu’ils m’ont répondu “bah, comme un lundi”, est-ce que c’est un système aussi ?

Oui, c’est un système.
Ce qui est intéressant avec les systèmes, c’est que ça ne nous coûte rien en énergie.
C’est tellement facile de dire bonjour de façon systématique, de dire au revoir, de dire même merci sans forcément poser un regard sur la personne à qui on s’adresse.
C’est ça qui est dommage. On ne se réinvente pas.
Ou alors, par exemple, vous êtes allé à l’hôpital.
On vous a fait faire quelques examens parce que vous avez un souci de santé, et là vous allez vous mettre à raconter cette visite à l’hôpital à un ami, puis à un autre, puis un proche et puis un membre de votre famille et systématiquement vous allez raconter la même histoire, avec les mêmes intonations, à défaut d’avoir des intentions.
Alors s’il vous plaît, si vous faites ça, tâchez au moins d’être original, de rajouter des détails que vous aviez oubliés ou de trouver vous-même, dans votre histoire, quelque chose de différent.
Réinventez-vous, bon sang ! Réinventez l’instant, chaque instant et ne vous laissez pas couler simplement dedans, comme dans une dalle de béton.

Vous êtes intelligent, nom de dieu !

Voilà, c’est un peu le message, Pablo.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *