L’art de la subtilité

 

Sud Radio, la Minute du Coach.

 

Pablo :  Fabian, salut !

Fabian :  Salut Pablo !

Bienvenue pour ce nouveau rendez-vous Minute du Coach sur
Sud Radio, qui porte le titre de l’art de “l’Art de la Subtilité”.
En d’autres termes ?

Je m’insurge souvent contre les généralisations.Hier quelqu’un me soutenait que : “les politiciens c’est des cons”. J’ai beaucoup de mal avec ce genre de propos.
Un jour, un philosophe et un homme de la rue se promènent dans les collines. L’homme de la rue dit, en voyant un troupeau de moutons : “Tiens, ces moutons sont tondus.”, et le philosophe réplique: “Oui, de ce côté.”
C’est ça la subtilité.
Il y a ce qu’il voit : des moutons tondus, et il y a ce qu’il ne voit pas : l’autre côté des moutons dont on ne sait s’ils sont tondus ou non.

La face cachée de l’iceberg.

Par exemple.
Est-ce que tous les politiciens sont cons ? Franchement j’ai un sérieux doute…

Il y en a quelques-uns… Rassures-nous !

On a déjà discuté des cons ici et j’ai même dit qu’il convenait de les aimer car nous étions tous con à de nombreuses reprises.
On est plus souvent con, à mon sens, qu’on ne l’est pas.
On est con dès qu’on est dans un champ référentiel qu’on ne maîtrise pas. En gros quelqu’un qui cherche son chemin en voiture, il ralentit, il ne met pas son cligno au moment opportun et pour ceux qui sont derrière c’est insupportable : c’est le con de service.
Celui qui n’a jamais été dans ce cas de figure, qu’il m’appelle et je lui offrirai un très joli cadeau.
Quoi qu’il en soit, je trouve crispant que l’on généralise et que l’on s’empare de formules toutes faites, de proverbes, de phrases issues de je ne sais quel fil d’actualité de Facebook ou autres.
Ça m’agace.
Alors ce que je vous propose c’est déjà de comprendre que pour être subtil il convient de maîtriser un certain vocabulaire.
Comment fait-on pour enrichir son vocabulaire et à quoi ça sert ?
Première chose: moins il y a de vocabulaire, plus il y a de violence.
Et plus il y a de vocabulaire, mieux je pense, mieux je peux raffiner ma pensée, donc mon propos, puisque j’ai plus de mots qui me permettent le détail, la spécificité, la nuance, la subtilité.
Ce que je vous recommande à tous, chers auditeurs, c’est bien sûr de lire, de lire abondamment. Et quand vous ne comprenez pas un mot, ma foi, cherchez-en la signification.
Et je propose ce jeu : tous les jours vous piochez un mot où que ce soit, dans un dictionnaire ou ailleurs, vous en retenez la définition et vous tâchez de le placer à plusieurs reprises dans vos conversations.
Comme ça vous allez l’imprimer et dans un an exactement vous aurez 365 nouveaux mots à votre disposition.
C’est pas joli ça ?

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *