Est-ce que vous aimeriez revivre votre vie éternellement ?

 

Sud Radio, la Minute du Coach.

 

Pablo : Salut Fabian.

Fabian : Salut Pablo.

Bienvenue sur Sud Radio pour cette nouvelle Minute du Coach.
Même si on va au-delà des 60 secondes, c’est pour rendre les gens encore plus intelligents, les tirer vers le haut ?

Oui, on aime ça.

C’est l’idée, c’est le but.
Est-ce que vous aimeriez revivre votre vie éternellement ?
Est-ce que vous vous êtes déjà posé cette question ?

Il y a en tout cas un philosophe qui la pose, très clairement.
C’est un philosophe qui m’a beaucoup inspiré, qui est excessivement mal compris, mal ré-interprété, par sa propre soeur notamment.
Ce philosophe s’appelle Nietzsche, Friedrich Nietzsche
J’ai envie aujourd’hui, en quelques minutes… Donc ça va être extrêmement circonscrit ce que je vais expliquer, très lapidaire même.
Mais je vais quand même tenter de vous proposer 2 concepts nietzschéens je trouve extrêmement forts.
Par exemple la doctrine de l’éternel retour.
La doctrine de l’éternel retour, c’est cette doctrine qui nous dit :
“Si vous êtes prêt à revivre votre vie éternellement, chaque instant éternellement, alors vous êtes le plus grand des affirmateurs. Vous dites “Oui” à l’existence, un “oui” plein et entier.”
D’ailleurs Nietzsche se fend d’une expression que je trouve superbe.

“Croquer la vie à pleines dents” ?

C’est vraiment pas de son niveau.

Mais ça veut dire ça un peu ?

On est plus dans le Carpe Diem.
Nietzsche dit aussi “amor fati”, qui signifie “aimer ce qui est, aimer son destin”.
Il nous propose de tout aimer, de tout embrasser, de tout prendre et donc de vivre chaque instant comme si nous allions le vivre éternellement.
Alors imaginez le nombre de secondes que nous avons tendance à tenter d’oublier, à mettre derrière soi…
Vivement que cette heure soit passée parce qu’elle m’ennuie…
Vivement que cette minute soit derrière moi parce que je fourni un effort et que je préférais être dans mon canapé.
Nietzsche ne nous propose pas du tout ça.
Nietzsche fait aussi l’apologie des forts, des puissants.
Là encore, on s’est beaucoup trompé. Et sûrement que certaines personnes on trouvé très intéressant de se “tromper”.
Mais selon Nietzsche, le puissant, ce n’est pas l’homme grand avec des gros biscotos, c’est celui qui dans la maîtrise de soi. C’est celui qui maîtrise ses émotions, qui maîtrise ses pulsions.
J’ai envie aujourd’hui de vous proposer ceci :
Quand l’instant devient difficile, répétez-vous “amor fati” et dites un grand “oui” à l’existence.
Je trouve que c’est une philosophie puissante. Autant elle m’inspire, autant je m’en sens éloigné tant le chemin pour rejoindre Nietzsche est difficultueux. Mais néanmoins, je vous invite à oser l’emprunter et ainsi à voler avec un Aigle.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *