Comment se gérer dans le temps ?

 

Sud Radio, la Minute du Coach.

 

Pablo : Nouveau rendez-vous Minute du Coach sur Sud Radio, bonjour Fabian.

Fabian : Bonjour Pablo.

Comment se gérer dans le temps ? That is the question of the day.

Elle est intéressante cette question.
Et dans un instant, chers auditeurs, je vais vous donner 10 principes fondamentaux…

Carrément, 10 !

… pour non pas gérer le temps, parce que je l’ai déjà expliqué à ce micro, c’est une ineptie, on ne gère pas le temps mais on se gère dedans.
Avant ça, en guise de prélude : que faisons-nous habituellement ?
Habituellement, ce que nous faisons, c’est ce que nous préférons faire au lieu de ce que nous n’aimons pas faire.
Ce qui prend peu de temps plutôt que ce qui dure longtemps.
Les choses faciles et non les choses difficiles.
Ce que nous sommes capables de faire, laissant tomber ce qui n’est pas connu.
Les tâches urgentes avant les tâches importantes.
Et d’abord ce que les autres nous imposent au lieu de nos propres priorités.
Ça, c’est un prélude qui convient à peu près à tout le monde.
Sachant qu’il y a les mangeurs de temps.
Et dans les mangeurs de temps les plus classiques, le perfectionnisme exagéré, qui nous amène à de la procrastination. La procrastination, c’est quand vous postposez, quand vous reportez la tâche au lendemain.

Et même au surlendemain …

Et même, parfois, à jamais d’ailleurs.
Il y a les personnes qui font plus de la même chose.
Quand vous faites plus de la même chose alors que ça ne fonctionne pas, vous êtes vraiment dans une très mauvaise équation.

Le copier-coller ?

Oui, un copier-coller de quelque chose qui ne marche pas, c’est absurde mais c’est extrêmement courant.
C’est comme quand tu es sur ton ordinateur qui renâcle, qui t’envoie soudain une fenêtre en te disant “non, ça ce n’est pas la bonne manoeuvre” et toi, tu es énervé, tu appuies sur la croix pour éteindre, faire disparaître cette fenêtre et tu refais exactement la même opération.
Lui va te renvoyer systématiquement le même message. On s’excite plus mais on n’a pas plus de résultats.

Mais ça ce sont des manies de vérification, peut-être ? C’est une autre Minute du Coach…

Ne pas dire non est un mangeur de temps classique. C’est une Minute du Coach qu’on a déjà donnée ici.
Le coucou. Le coucou c’est la personne qui vient vous dire “Coucou, salut Pablo, ça va ?”
Alors que tu es occupé à enregistrer des choses, à préparer une émission, à préparer un programme, on vient tailler bavette.
Il y a des moments formidables pour tailler bavette. Il y a des moments où la porte doit être fermée et d’autres où elle doit être ouverte.

Evidemment quand vous êtes insuffisamment motivé, c’est un autre mangeur de temps.
Et maintenant, les 10 principes et je terminerai par là. Quoi que, j’ai peut-être aussi quelques trucs sympas.
Le premier principe c’est d’affecter une durée aux tâches. Combien de temps cela me prend de … ?
Et de toujours prévoir une marge de manoeuvre, parce que vous ne savez jamais ce qui peut se produire. Moi je fais ça pour mes déplacements. Plus mon déplacement est long, plus ma marge de manoeuvre est importante. Ça va de soi, mais pour écrire un rapport, pour préparer une Minute du Coach, je sais globalement combien de temps ça va me prendre et je prévois systématiquement un peu plus de temps que prévu.
Certaines tâches doivent être effectuées sans interruption aucune.
Sinon vous êtes comme le pilote de Formule 1 qui s’arrêterait à chaque tour au stand, jamais il n’aurait une vitesse de croisière importante. Si vous vous arrêtez régulièrement, vous perdez énormément de temps. Le temps de l’arrêt bien sûr, le temps de la déconcentration et le temps de la reconcentration.
Donc si je m’arrête 10 secondes, je m’arrête beaucoup plus que 10 secondes. Ce n’est pas du Jean-Claude Van Damme, c’est une simple addition de ces différents temps que j’ai perdus à cause de ces interruptions. Quatrième principe, commencez parce que vous n’aimez pas.
Ça évitera que cela vous reste dans la cervelle, que ça vous accompagne et que ça vous pourrisse la pensée.
Privilégiez l’essentiel.
C’est une loi que j’invoque souvent ici tant elle a changé drastiquement ma vie : la loi de Pareto, la loi des 80/20.
Privilégier l’essentiel, cela signifie me focaliser sur les 20% d’actions qui génère 80% de mes résultats. Ce principe doit vous guider vingt-quatre heures sur vingt-quatre.
Réévaluez régulièrement la durée d’une tâche.
Parce qu’évidemment elle peut prendre plus de temps que prévu ou moins de temps que prévu. Peut-être qu’il y a des nouveaux outils disponibles qui font que certaines tâches sont automatisées ou que votre logiciel est plus performant, peut-être pas.
Tenez compte de vos rythmes personnels.
A quels moments vous êtes vraiment très efficient ? L’efficience, c’est quand on en fait beaucoup avec peu. Est-ce que vous êtes plutôt du matin, plutôt du soir ? Sachant qu’après un repas copieusement arrosé, en général, il vaut mieux prévoir une sieste ou quelque chose de physique, mais pas d’intellectuel.
Chaque jour, accordez un ordre de priorité aux tâches,
et distinguez, principe 9, l’urgent de l’important.
Sachant que la plupart des personnes auront tendance à privilégier l’urgent. Or c’est avec l’important qu’on se bâtit une grande vie.
Quand quelque chose est important, vous le fixez dans le planning et vous n’y dérogez pas.
Enfin, point 10, je viens de l’évoquer brièvement, disposez des bons outils pour aller plus vite.
Vous voulez quelques trucs encore, Pablo ?

Allez, quelques trucs, si tu me tutoies ; )

Quelques trucs.
Quand tu quittes ton bureau, ton bureau doit être clean. On parle de “clean desk”.
Quand tu quittes le boulot, ton PC doit être clean. On parle de “clean PC”.
“Never handle a paper twice”. Ne jamais prendre un papier deux fois.
Quand vous prenez le papier, vous le traitez. Vous faites de qu’il demande de faire, vous le jetez, vous le classez ou vous le donner à quelqu’un d’autre.
Mais si vous le prenez 2 fois …

Et si on fait du recyclage, est-ce qu’on peut le réutiliser ?

C’est bien aussi. Tu peux le mettre dans une déchiqueteuse.
Planification et préparation sont les mères du succès.
Apprenez à déléguer et, quand vous connaissez la ligne d’arrivée, surtout, n’oubliez pas de lever les bras.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *